La Passion du Christ telle que Lui-Même l’a montrée aux mystiques. Allons à Gethsémani pour Lui offrir notre réconfort par des actes d’amour et de réparation.


Paolo Veronese, la Passion de Jesus au Gethsémani

Dans une semaine, après le dimanche des Rameaux, commencera celle qui précède Pâques, définie dans la liturgie ambrosienne comme Semaine authentique. Le cœur et le sommet de la Semaine Sainte et de toute l’année liturgique est le Triduum Pascal Sacré, qui s’ouvre par la Messe in Cœna Domini, précédée du lavement des pieds.

Nous savons par les Evangiles qu’après avoir institué la Très Sainte Eucharistie, avec les Disciples restés avec Lui (on se souvient que Judas, après avoir pris le morceau que lui offrait Jésus, avait quitté le Cénacle pour aller le trahir) le Sauveur se dirigea vers le mont des Oliviers et il s’arrêta dans une ferme appelée Gethsémané en leur disant: «Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier.»

Nous lisons dans les évangiles synoptiques: «Et prenant avec Lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir de la tristesse et de l’angoisse. Il leur dit: Mon âme est triste à mort; restez ici et priez avec moi. Et s’avançant un peu, il se prosterna le visage contre terre et pria en disant: “Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Mais pas comme Je veux, mais comme Tu veux!”Et un peu plus tard il répétait: “Mon Père, si cette coupe ne peut me traverser sans que Je la boive, que Ta Volonté soit faite” (Mt 26, 36-42 ; Mc 14, 36, Lc 22, 42).

Le prêtre et mystique Don Dolindo Ruotolo commente ce passage comme suit: “Il se sentit accablé par les péchés passés, présents et futurs jusqu’à la fin du monde; plutôt, il se sentait accablé de toutes les prévarications, car Lui, la Glorification du Père, devait les réparer toutes par Ses Peines.Ce qui le faisait surtout agoniser, c’était l’offense à Dieu, dont il méditait toute l’horreur et l’ingratitude humaine envers toutes les Grâces qu’il allait déverser sur la terre.

La même agonie qu’il a subie lui a fait faire le sacrifice de Lui-Même au Père, en plein abandon à Sa Volonté, de sorte que son offrande était une immolation si sublime que le pauvre esprit humain ne peut la comprendre.Il devait racheter l’homme, encore capable de salut, et il devait aussi remplacer l’adoration ratée des anges perdus et des âmes damnées. Il se sentait donc plongé dans le même enfer.

C’était une douleur ineffable, à laquelle s’ajoutaient les furieux assauts de Satan qui tentait de le vaincre et de l’éloigner, avec terreur, de la pensée de réparer les péchés des hommes.

Le Sang se mit à couler comme une sueur abondante et l’âme fit presque surface avec Lui à la surface du corps pour s’en détacher, tant était immense la douleur morale, la plus terrible de ceux qui en souffraient.”Les invocations à lui enlever le calice, que Jésus adressa au Père lors de son agonie, beaucoup les expliquent avec la crainte humaine du Sauveur face à la souffrance qu’il savait devoir affronter.

La vérité est expliquée par Jésus Lui-Même à Sainte Faustine Kowalska dans la Neuvaine à la Miséricorde Divine, qu’il a dictée et qui commence le Vendredi Saint par Son Testament. Le neuvième jour, nous lisons: «Aujourd’hui, amène-Moi les âmes tièdes et plonge-les dans l’Abîme de Ma Miséricorde. Ces âmes blessent Mon Cœur de la manière la plus douloureuse. Mon âme au Jardin des Oliviers éprouvait la plus grande répugnance pour une âme tiède. Ils étaient la cause pour laquelle J’ai dit : “Père, éloigne de Moi cette coupe, si telle est Ta Volonté. Pour eux, avoir recours à Ma Miséricorde constitue la dernière table de salut.”»

De même nous lisons dans l’Apocalypse: «A l’ange de l’Église de Laodicée tu écris: “Ainsi parle l’Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu: Je connais tes œuvres: tu n’es ni froid ni bouillant. J’aimerais que vous ayez froid ou chaud! Mais puisque tu es tiède, c’est-à-dire que tu n’es ni froid ni chaud, Je vais te vomir de Ma Bouche.” (Rév 3, 14-16)»

On comprend donc que l’indifférence envers Sa Passion est l’une des douleurs spirituelles qui l’ont le plus fait souffrir, car ce sentiment conduit au mépris envers Lui et Ses Lois et conduit à commettre des péchés qui, s’ils ne sont pas corrigés à temps, conduisent à la mort éternelle.

Nous lisons dans le livre Les Douleurs Mentales de Jésus dans Sa Passion de la mystique Sainte Camilla Battista da Varano ce que le Sauveur a répondu à la question: «Dis-moi combien de douleurs tu portais dans ton cœur». Il lui expliqua doucement: «Sache, mon enfant, qu’elles étaient innombrables et infinies, car innombrables et infinies sont les âmes, mes membres, qui ont été séparés de Moi par le péché mortel. Chaque âme en effet sépare et disjoint de Moi tant de fois, Sa Tête, pour combien de fois elle pèche mortellement. Ce fut une des douleurs les plus cruelles que j’aie endurées et j’ai senti dans mon cœur la déchirure de mes membres.

Pensez à la souffrance qu’éprouve une personne qui est martyrisée avec la corde avec laquelle les membres de son corps sont déchirés. Imaginez maintenant que le martyre était le mien pour autant de membres séparés de moi que le seront les âmes damnées, et chaque membre pour autant de fois qu’il a péché mortellement.

La disjonction d’un membre spirituel, par rapport au membre physique, est beaucoup plus douloureuse, car l’âme est plus précieuse que le corps.Toi et aucune autre personne vivante ne pouvez comprendre à quel point l’âme est plus précieuse que le corps, car moi seul connais la noblesse et l’utilité de l’âme et la misère du corps, car moi seul ai créé à la fois l’un et l’autre. Par conséquent, ni vous ni les autres ne pouvez être vraiment capables de comprendre mes douleurs les plus cruelles et les plus amères.»

Alors le Seigneur lui parla des âmes damnées: «Puisqu’il y a dans la voie du péché un cas plus grave que l’autre, ainsi dans le démembrement de Moi j’ai ressenti plus ou moins de peine de l’un que de l’autre. D’où la qualité et la quantité de la peine. Puisque J’ai vu que leur volonté perverse serait éternelle, ainsi le châtiment qui leur est destiné est éternel; en enfer, l’un est plus ou moins puni que l’autre pour les péchés plus nombreux et plus grands que l’un a commis par rapport à l’autre.

Mais la Douleur cruelle qui me tourmentait était de voir les membres infinis que J’ai mentionnés, c’est-à-dire toutes les âmes damnées, qui jamais, jamais et plus jamais ne seraient réunies avec Moi, leur Vrai Tête (Chef). Au-dessus de toutes les autres douleurs que les pauvres âmes malheureuses ont et peuvent avoir éternellement, c’est précisément ce jamais, jamais qui les tourmente et les tourmente à jamais» (Santa Camilla Battista da Varano, Autobiographie et Les douleurs mentales de Jésus dans Sa Passion, éd. Shalom).

La Bienheureuse Anna Katharina Emmerick a vu la même chose, comme le rapporte le livre La Douloureuse Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ: “Tous les péchés commis par l’homme, depuis sa première chute, sont apparus à Jésus dans leur complète monstruosité. Dans Son Angoisse sans bornes, Jésus a offert au Père Céleste l’Expiation Suprême, Lui demandant de pardonner les mauvaises pensées et les innombrables offenses des hommes.”

Et puis il poursuit: «Entre-temps, la grotte était remplie de formes effrayantes, images des passions, des vices et de la méchanceté de l’humanité. J’ai vu le Rédempteur s’abandonner aux douleurs de la Passion qui allait commencer. Il se préparait à accueillir la méchanceté du monde dans sa pure et innocente humanité.Jésus tomba à terre, prosterné, le Visage contre terre parce que les péchés du monde Lui avaient paru horribles et innombrables.

Le Malin, avec son rire infernal, continuait à les montrer comme ses conquêtes, en Lui disant: “Quoi! Tu veux aussi prendre sur Toi Même tout cela et en supporter la douleur?” Le poids des péchés humains pesait entièrement sur Son Âme, faisant rage des douleurs atroces, tandis que les mauvais esprits faisaient rage avec acharnement contre Lui.

Ils se moquaient de Lui, Lui faisant entendre leur horrible voix.Jésus avait maintenant atteint la limite de Son Martyre Spirituel quand soudain un sillon de lumière très claire apparut du Ciel oriental. Ils étaient les hôtes angéliques du Ciel, envoyés par le Père Céleste pour insuffler une Vigueur renouvelée au Fils Divin. Encouragé par les Anges, le Seigneur a accueilli en Lui une Grande Miséricorde et des hommes immensément aimés, victimes de leurs propres passions.»

L’histoire se poursuit ensuite avec la vision de Satan qui tenta de décourager le Sauveur en Lui faisant apparaître Ses Œuvres de charité comme des péchés envers Dieu et l’humanité, essayant de Lui faire croire qu’elles étaient sans valeur et ne satisfaisaient pas la Justice Divine, en effet elles avaient été cause de scandale et de ruine pour beaucoup. Ignorant qu’Il était le Fils de Dieu, le malin le tenta sachant qu’Il était le plus juste des hommes.

Mais Jésus a prié et est resté imperturbable, continuant à suer avec des tremblements convulsifs. Sa Divinité avait permis à l’ennemi de Lui faire ressentir les douleurs du commun des mortels, surtout des justes, qui, à la fin de leurs vies, doutent de leurs œuvres saintes.Effrayé par l’immense ingratitude des hommes envers Dieu, le Seigneur sentit Son Âme s’endurcir et tomba dans de violentes douleurs; puis il se leva et adressa Sa Douleur au Père : «Abba, Mon Père, si Tu peux M’ôter cette coupe amère!», puis Il ajouta : «Mais pas la mienne, mais que Ta Volonté soit faite!»(La douloureuse Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ selon les visions de la Bienheureuse Anna Katharina Emmerick, éd. Shalom).

Donc Jésus nous a connus et nous a offert le Salut avant même que nous soyons nés et même s’Il savait, dans Son Omniscience, que nous le trahirions, Il nous a non seulement laissé la liberté de Le renier, mais Il a aussi voulu que nous naissions. Il est naturel de poser deux questions. La première est qu’Il nous a permis de venir au monde alors qu’Il savait combien notre salut Lui coûterait et qu’Il nous a laissé libres de Le renier et de nous damner.La réponse se trouve dans les premiers mots du Catéchisme : «Dieu, Infiniment Parfait et Béni en Lui-Même, dans un dessein de pure bonté, a librement créé l’homme pour le faire participer à Sa Vie Bienheureuse.

Pour cette raison, en tout temps et en tout lieu, Il Est proche de l’homme. Il l’appelle et l’aide à Le chercher, à Le connaître et à L’aimer de toutes ses forces.» (Catéchisme de l’Église catholique, 1)

«La libre initiative de Dieu exige la libre réponse de l’homme; en effet, Dieu a créé l’homme à Son Image, lui donnant, avec liberté, le pouvoir de Le connaître et de L’aimer. L’âme ne peut entrer librement que dans la communion de l’amour. Dieu touche immédiatement et émeut directement le cœur de l’homme. Il a mis en l’homme une aspiration au vrai et au bien que lui seul peut satisfaire. Les promesses de “vie éternelle” répondent, au-delà de toute espérance, à cette aspiration. (Ibid. 2002)»

Par le Sacrifice de la Croix, Jésus a voulu réconcilier l’humanité accablée par le péché originel avec Dieu en Se plaçant comme un Pont entre le Père et les hommes et en même temps offrant Sa Miséricorde comme une table de salut à ceux qui l’invoquent avec contrit cœur.

Mais il nous a aussi donné un moyen de Le réconforter, d’ici là, pendant Sa Passion. Et cela passe surtout par la participation au Saint Sacrifice Eucharistique, parce qu’Il actualise l’Unique Sacrifice du Christ Sauveur (Ibid. 1330). En effet, dans l’anamnèse de la prière eucharistique, l’Église rappelle la Passion, la Résurrection et le Retour Glorieux de Jésus-Christ; elle présente au Père l’Offrande de Son Fils qui nous réconcilie avec Lui. (Ibid. 1354). L’Eucharistie est donc un Sacrifice parce qu’Elle re-présente (rend présent) le Sacrifice de la Croix, parce qu’Elle en est le Mémorial et qu’Elle en applique le fruit (Ibid. 1366)

Nous lisons dans l’Encyclique Ecclesia de Eucharistia que le Sacrifice eucharistique rend présent non seulement le mystère de la Passion et de la Mort du Sauveur, mais aussi le mystère de la Résurrection, dans lequel le Sacrifice trouve sa couronne. Il inscrit de manière indélébile l’événement de la Passion et de la Mort du Seigneur. Ce n’est pas seulement l’évocation, mais la re-présentation sacramentelle. C’est le Sacrifice de la Croix qui se perpétue au fil des siècles. Cette vérité est bien exprimée par les paroles par lesquelles le peuple, dans le rite latin, répond à la proclamation du «mystère de la foi» faite par le prêtre: «Nous annonçons ta mort, Seigneur!»

Ainsi chaque fois que nous participons au Sacrifice Eucharistique, lorsque nous méditons les Mystères de la Douleur ou pratiquons le Chemin de Croix dans une attitude intérieure d’émotion, Lui offrant nos souffrances dans un acte d’expiation et de réparation, participant à Ses Douleurs avec amour et contrition pour nos propres péchés et ceux des autres, nous Le réconfortons et Le soulageons, d’ici là en ce moment pour jadis.

Et ce réconfort a été donné surtout par les saints mystiques, parmi les premiers desquels se trouve Luisa Piccarreta, dont la manière de méditer la Passion de Notre-Seigneur a tellement fasciné Saint Hannibal de France qu’il lui a demandé d’écrire ses réflexions et s’est efforcé de de les publier en 1915 sous le titre L’Horloge de la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ avec des considérations affectueuses et des réparations.

Mais nous aussi, comme nous l’avons déjà dit, dans de justes dispositions intérieures, nous pouvons contribuer à soulager les Douleurs du Rédempteur. En effet, en relisant ce qu’il a dicté à Sainte Faustine Kowalska dans la Neuvaine à la Miséricorde Divine, nous sommes certains que tous, participant aujourd’hui à Sa Passion, L’ont réconforté alors, lorsqu’en ces heures dramatiques Il nous a vus un par un.

Il énumère les types d’âmes qui L’ont réconforté: les âmes dévotes et fidèles, les âmes douces et humbles, celles des prêtres et des religieux et enfin celles qui vénèrent d’une manière particulière et exaltent Sa Miséricorde, qui ont le plus souffert pour Sa Passion et ont pénétré plus profondément dans Son Esprit. Ils sont le reflet vivant de Son Cœur Miséricordieux et brilleront d’un éclat tout particulier dans la vie future. Aucunes de ces âmes ne finira dans le feu de l’enfer et défendra chacune d’elles d’une manière toute particulière à l’heure de la mort.

Paola de Lillo